Skip links

Essai Citroën C5 Aircross : tout en souplesse

« Citroën c’est des voitures de vieux », « Beurk un SUV », « Je suis sûr qu’en plus c’est un diesel » … Ah, que les stéréotypes ont la vie dure ! Ce n’est pas une voiture de rêve, mais dans la gamme de Citroën, le C5 Aircross est la voiture disposant du plus d’aides à la conduite au catalogue, et ça, sur le papier, ça nous plait. De plus équipé des fameuses suspensions à buttées hydrauliques progressives, on a voulu voir ce que donne l’actuel haut de gamme de la marque aux chevrons. Prenez place avec nous dans cet essai du Citroên C5 Aircross Puretech 180ch… essence ! (bah oui, on ne voulait pas fâcher les puristes)…

Une présentation agréable à l’œil

L’élément déclencheur dans une vente c’est bien souvent le look plus que le moteur ou le contenu technologique. Directement inspiré du concept-car Aircross sorti en 2015, le Citroën C5 Aircross est actuellement le fleuron de la marque. C’est le premier vrai SUV proposé sans partenariat avec Mitsubishi (rappelez-vous les C-Crosser et C4 Aircross). Pour marquer le coup, Citroën a voulu proposer un style assez fort tout en restant dans la filiation des autres modèles du catalogue. Phares à double étage, ponctuelles colorées ou toit contrasté sont autant de points forts dans le style qui se remarquent au premier coup d’œil et qui sont proposés en séries ou en option sur la voiture. Sur notre modèle en finition Shine (haut de gamme), il n’y a que très peu d’options disponibles. Parmi celles-ci, on y trouve des jantes 19″ (de série en 18″, option à 300 et 400€ selon le coloris), le pack Park Assist (400€, présent sur notre modèle d’essai), le toit ouvrant vitré panoramique (1400€, présent sur notre modèle d’essai), la roue de secours galette (120€), la ConnectedCAM (270€, présent sur notre modèle d’essai) ou encore le pack Grip Control (300€, présent lui aussi sur notre modèle d’essai). Vous avez également le choix entre 2 ambiances intérieures (l’une claire, l’autre sombre). Une option cuir nappa marron est disponible, à 2000€, mais ajoute de façon automatique les sièges électriques, chauffants, massants ainsi que le volant bi-ton !

Vous l’aurez compris, notre modèle d’essai n’est pas full option mais tout de même bien équipé. A titre personnel, j’aurais rajouté les roues 19’ noires pour lui renforcer son côté baroudeur. L’ambiance intérieure Wild Grey qui équipe notre voiture est du plus bel effet. Le petit rappel de couleur rouge sur le haut des sièges est quant à lui bienvenu et rappelle la couleur extérieure.

Sans les mains, ou presque !

C’est une des raisons pour laquelle nous avons voulu essayer cette voiture. A l’heure actuelle c’est la voiture de la gamme Citroën qui dispose du plus d’aides à la conduite. Au programme, détecteurs d’angle morts, régulateur auto-adaptatif, aide au maintien prédictif dans la voie, freinage d’urgence automatique… rien qui n’existe pas chez d’autres constructeurs mais pour autant, rien qui n’est disponible en totalité sur les autres autos de la marque.

La voiture peut se conduire de 3 façon différentes :
* Déconnecté : C’est un mode de conduite qui n’est pas directement proposé par le constructeur mais qui rassurera les frileux de nouvelles technologies. En effet, l’intégralité des ADAS décrites dans les modes suivant sont désactivables via des boutons physiques ou dans les menus de la tablette tactile pour transformer votre C5 Aircross en une voiture ordinaire, à l’ancienne.
* Classique : Lorsque vous démarrez la voiture, c’est le mode dans lequel elle se trouve par défaut. Indication en cas de véhicule trop proche devant vous, freinage d’urgence au besoin mais également détection des voies de roulage. Si la voiture ne vous remet pas toujours en ligne (c’est d’ailleurs assez difficile de comprendre quand elle va le faire), elle vous averti via un petit logo jaune qui clignote sur le combiné que vous n’êtes pas bien sur votre voie.
* Assisté : Notre premier pas dans la conduite automatisée commence ici. Pour l’activer, il suffit de mettre en marche le régulateur (celui ci est obligatoirement auto-adaptatif). A partir de là, dès lors que la voiture détecte bien les limites gauche et droite de la route, un petit logo vert apparaît à droite de la vitesse sur le combiné, vous indiquant que c’est désormais elle qui prend le contrôle.

Au départ un peu peureux de laisser la voiture vivre sa vie, on lui laisse le temps de nous prouver qu’elle sait faire on apprend à lui faire confiance. Si l’on ne peut parler de voiture autonome à 100% pour le moment puisqu’il faut rester concentré sur la conduite, l’assistance à la conduite est bien réelle et présente. Elle permet surtout au conducteur de contrôler les angles morts ou de boire une gorgée d’eau sans avoir peur de quitter la route des yeux quelques secondes… bien que cela reste non recommandé. Le constat est à la fois impressionnant et grisant, dans le sens où on aimerait presque une aide encore plus permanente.

Sur les routes Bretonnes

Quoi de mieux pour une Citroën fabriquée à Rennes que de revenir proche des ses terres natales pour un essai ? C’est dans la campagne bretonne, entre Rennes et Saint-Brieuc que nous nous sommes rendus. Au programme, des bouchons parisiens, de l’autoroute puis des routes de campagne pour un total d’environ 1500 km en une semaine.

Si jusqu’à aujourd’hui, cet aspect avait un peu disparu du plan de communication de Citroën, il est bon de revenir en arrière avec les BX, XM ou autres Xantia,… ces reines de la route au confort inégalé. Pour retrouver sa légitimité, la marque a développé un système d’amortisseur à butée hydraulique qui remplace les sphères de l’époque. Il s’inscrit dans le programme Citroën Advanced Comfort qui, selon les véhicules, comprend amortisseurs et/ou sièges axés sur le…. confort. Sur le C5 Aircross, la totalité des équipements est présent et vient redorer le blason. Je n’avais pas conduit une voiture aussi souple depuis longtemps, avec cette impression de surfer au dessus de la route. La matière tissu des sièges renforce, par sa douceur, le coté cocon de l’habitacle. Pour compléter le tout, la voiture est équipée d’origine de vitres double vitrages afin d’avoir très peu de bruit à l’intérieur. Dans ce confort très appréciable, on est paré pour enfiler les kilomètres.

Là ou l’on trouve la vraie différence par rapport aux sphères de l’époque, et je pense notamment à la Xantia Activa, c’est à propos de la tenue de route. Bien que suffisante, elle n’est pas aussi stable et sans prise de roulis qu’avant. L’avantage, et pas des moindres, c’est qu’en contrepartie, elle n’apporte pas le sentiment de mal de mer que l’on pouvait trouver dans les anciennes… un mal pour un bien ?

Le Citroën C5 Aircross très cohérent

Pour résumer ce Citroën C5 Aircross finition Shine, il est dur de lui trouver des défauts dans la proposition actuelle. Si on rentre un peu dans le détail, on trouvera dommage le dessus de planche de bord non moussé, la caméra de recul de mauvaise qualité ou encore des équipements pas forcément au top du marché actuel. Mais il faut avouer qu’à moins de 40.000€ (39.270€ pour être exact), notre modèle d’essai reste une très bonne alternative aux autres modèles du groupe PSA (Peugeot 3008, DS 7 et Opel GrandLand X) mais également face à la concurrence, tout en offrant des avantages tel que le confort et un look moins classique et beaucoup plus fun. Renforcé par sa teinte rouge-orangée, ce modèle se destine clairement à une clientèle jeune souhaitant balader toute la famille dans un confort optimum.
Alors non, Citroën ce ne sont plus QUE des voitures de vieux !

Pour vous faire un avis plus global sur l’auto, vous trouverez ci-dessous la galerie d’image réalisée pendant l’essai :

Texte et photos : Julien HUET pour Virages Auto