Skip links

Essai Audi Q8 50 TDI Avus Extended : Huitième dimension

Il y a des SUV passe partout et il y a l’Audi Q8. Directement inspiré du futur, il nous entraîne dans la huitième dimension que ce soit niveau look ou équipement. Place à un essai en mode “total confort et semi autonome” dans l’ouest de la France à bord d’un Audi Q8 50 TDI Avus Extended.

Audi Q8 : Découverte du vaisseau

Autant être franc, si vous voulez de la discrétion, passez votre chemin. On est clairement en présence d’un OVNI. Proche de son cousin le Lamborghini Urus, l’Audi Q8 n’est pas là pour se cacher, et encore moins dans notre configuration d’essai. Equipé du pack extérieur S Line (2310€) et des jantes 22’’ Audi Sport (1890€), il en impose dans la rue. Sa teinte Bleu Navarre renforce le tout. Discrète à l’ombre, elle est très visible au soleil avec de beaux reflets. Le bandeau de feu arrière est à l’inverse de la teinte : au soleil il la jouera discret mais dès la nuit tombée vous ne pourrez pas le louper. Sensation garantie sur les parkings où il s’anime à l’ouverture et à la fermeture du véhicule… Un véritable jouet pour grands enfants.

A l’intérieur, nous avons l’option cuir étendu (1310€) gris clair nommé Métropole, plutôt sympathique même si je lui préfère une sellerie foncée. Celui-ci est mis en avant par un ciel de toit en Alcantara (1760€) du plus bel effet qui apporte une touche encore plus luxueuse à cet intérieur qui l’était pourtant déjà. Les sièges sont électriques, chauffants, ventilés, massant, de quoi attaquer la route dans un confort de première classe. Pour conforter cette impression, la voiture est équipée de double vitrage pour vous assurer un trajet en toute sérénité, sans être embêté par le bruit. A l’arrière ? Et bien, il n’y a rien à redire non plus. Les passagers profitent de beaucoup d’espace, de sièges confortables et moelleux. Ici, ce ne sera pas une contrainte d’être au deuxième rang. Pour finir, le coffre de 605 L s’avérera amplement suffisant pour partir à 4 ou 5.

“Il y a des écrans partout”. C’est ce qui nous vient à l’esprit quand on s’installe au volant de ce Q8. Audi Virtual Cockpit 12,3’’, Navigation MMI Plus 10,1’’ et panneau de contrôle de la climatisation de 8,6’’ sont présents. On s’y retrouve vite mais au départ, c’est un peu déconcertant, surtout quand on conduit et qu’on a en plus une quatrième zone d’affichage avec un dispositif VTH (Vision Tête Haute). Point intéressant, l’écran de contrôle de climatisation présente un retour haptique permettant de naviguer sans trop quitter la route des yeux. Cependant, ces écrans brillants prennent énormément les traces de doigts mais sont tous d’une résolution et d’une fluidité exemplaires.

En route vers les étoiles

Oui le titre est un peu exagéré mais je me devais de rester dans la thématique spatiale. Notre version 50 TDI est équipé d’un V6 3.0L de 286ch couplé à une transmission Quattro et une boîte de vitesse Tiptronic à 8 rapports. Si ce n’est pas un foudre de guerre, ce moteur est tout de même largement suffisant. Pour une conduite “sportive”, préférez le mode de conduite Dynamique, qui offrira une boîte de vitesse plus réactive dans les passages de rapports ainsi que les rétrogradages. Il vous apportera également une direction plus ferme et une hauteur de caisse plus basse pour une tenue de route optimisée.

Sur autoroute, la voiture dispose d’une conduite semi autonome qui vous guidera dans la voie, freinera toute seule en cas de danger ainsi qu’un régulateur de vitesse auto adaptatif. Celui-ci est beaucoup moins brute que celui du Citroen C5 Aircross que l’on avait testé il y a quelques mois. En effet il freine de manière plus souple et autorise plus de rapprochement du véhicule qui vous précède pour éviter de perdre de la vitesse. Ces aides à la conduites sont du bonus certes, mais ce n’est au final pas un luxe. En effet, elles permettent de prendre en main la voiture plus facilement sans trop se soucier de son fort gabarit, la voiture gérant seule son positionnement. Sur route de campagne, vous avez le choix entre confort absolu et dynamisme. Grâce aux Adaptive Air Suspension, la conduite est réellement différente selon le mode choisi. On surfe au dessus des aspérités de l’asphalte dans un cas alors qu’on ressentira la route un peu mieux dans le second. Cependant, la tenue de route n’est sujette à aucun défaut quelque soit le mode de conduite choisi, grâce à l’adjonction de l’option Direction dynamique intégrale (1360€) qui lui offre 4 roues directrices.

Un des autres gros points fort de l’Audi Q8, c’est sa conduite de nuit. En effet, on est ici en présence d’un assistant de vision nocturne (2480€) qui s’active automatiquement lors du passage en feux de croisement. Cela permet l’affichage, dans le Virtual Cockpit, de ce que la caméra vision de nuit voit, et vous met en avant automatiquement les dangers probables tels que piétons ou animaux (comme ce que l’on retrouvait lors de notre essai de la Peugeot 508 SW). En ce qui concerne l’éclairage, il se fait via les phares Matrix LED. Si les phares adaptatifs commencent à se démocratiser, je suis toujours comme un enfant devant cette technologie. Sur route sinueuse, vous avez tendance à éclairer encore plus loin que la voiture devant vous sans pour autant l’éblouir. Sérénité absolue de nuit donc.

Du coté technologie, on ne pouvait terminer l’article sans vous parler de quelques options, pas forcément indispensables, mais qui renforcent le statut premium de l’auto. En premier lieu, l’attelage escamotable électriquement (1630€). Si de plus en plus de marques le propose depuis plusieurs années, c’est toujours étonnant de voir la réaction des gens à ce petit côté vaisseau spatial. Rien qu’en appuyant sur un bouton dans le coffre, un attelage se met en place sur la voiture pour accrocher votre remorque ou votre caravane. Autre “attraction” de la voiture, la fermeture assistée des portières (760€). On tombe ici dans le comble du luxe, l’option inutile donc indispensable par excellence ! Oubliez les portes qui claquent ! Ici, vous n’aurez qu’à poser la porte contre le joint pour que de manière électrique celle-ci viennent terminer la fermeture dans un mouvement propre et silencieux… classe non ? On pourrait vous citer d’autres équipements qui n’ont pas forcement d’utilité mais l’article n’en deviendrait que trop long… Toujours est-il qu’une fois toutes présentes dans la voiture, ces options montrent réellement qu’on est sur une voiture de classe supérieure, se permettant de combiner toutes les fonctions possibles et imaginables sur un seul véhicule. Une certaine vision du luxe en soi.

Vaisseau amiral par excellence

Ne nous mentons pas, il est fréquent dans la vie d’un essayeur de n’avoir qu’une envie, rendre la voiture, parce que ça consomme trop, c’est chiant, ça n’avance pas ou bien le confort n’est pas présent. Et il y a de rares autos que l’on n’a pas envie de rendre. L’Audi Q8 en fait partie. A la vue du budget, on est vite stoppé à l’achat : notre exemplaire d’essai coûte 123.160 €. Mais il faut bien avouer que c’est un réel plaisir de conduire une telle voiture au quotidien. Sa qualité de fabrication et ses diverses options vous permettent de passer des voyages reposants dans une ambiance classe affaire. Véritable voiture de père passionné ou de patron qui veut se démarquer, elle propose des qualités indéniables à tel point qu’il est dur de lui trouver des défauts. Sur notre essai de 1500 km, la consommation s’est révélée correcte par rapport au gabarit et au moteur avec un chiffre de 9 l/100 km. Vraiment, nous n’avons pour une fois pas de défaut…

Retrouvez ci-dessous l’intégralité des photos réalisées pendant l’essai :

Texte et photos : Julien HUET pour Virages Auto