Skip links

Essai Hyundai Ioniq 5 : back to the future !

Fraîchement apparu dans le paysage automobile, le Hyundai Ioniq 5 est le premier modèle de la nouvelle famille Ioniq, gamme 100% électrique de Hyundai. On ne parle donc pas de l’hybride du même nom. Faisant suite au concept EV 45 présenté au salon de Francfort 2019, le Ioniq 5 se présente comme un crossover cossu, avec 4,63m de long et 1,89m de large. Cela ne vous parle peut être pas, mais c’est plus long et large que son cousin le Tucson. Le Ioniq 5 est donc un gros bébé, mais un bébé stylé. Véritable Ovni dans le paysage automobile, il l’est tout autant au sein même de la gamme Hyundai. Il ne ressemble à aucun autre modèle, ce qui est osé de la part du constructeur. Mais visiblement avec le Ioniq 5, Hyundai a tout osé, et tant mieux. Découvrons en détail de quoi il s’agit. Essai Hyundai Ioniq 5 : back to the future !

Un extérieur hors du commun

C’est bel et bien le design qui détonne dès que l’on pose le regard sur ce Ioniq 5. D’après Hyundai, le Ioniq 5 reprend les codes de la Pony de 1975. Nous on y voit plutôt des codes pris ici et là, de la Lancia Delta à la DeLorean en passant par K2000. Quoi qu’il en soit, le style rétro-futuriste lui va plutôt bien. La calandre avant en V est ultra géométrique et symétrique, et dévoile la nouvelle signature lumineuse à LED nommée “Pixel”. 256 pixels répartis sur toute la largeur de la calandre pour une signature lumineuse directement sortie d’un jeu vidéo des années 80. Elle intègre également une indication du niveau de charge quand le véhicule est branché. Pour finir, elle intègre deux prises d’air actives, qui se ferment pour améliorer l’efficacité énergétique en conduite et s’ouvrent s’il est nécessaire de refroidir certaines pièces.

Hyundai Ioniq 5 face avant

Le profil se veut dynamique, avec une ligne de toit fuyante, un montant C incliné vers l’avant à 45° et une découpe marquée en Z dans les portières. Les poignées de portes affleurantes adoucissent un peu ce profil agressif. A l’arrière, on retrouve la symétrie en V par rapport à la calandre avant, la signature lumineuse Pixel, l’absence d’essuie-glace et un volumineux spoiler. Terminons le tour du propriétaire avec deux éléments ; la très étonnante et très jolie teinte Gravity Gold mate, qui renforce le style avant-gardiste, et les jantes 20″ Diamant qui assoient le crossover mais qui renforcent aussi son gros gabarit. Et si tout seul sur les photos il ne fait pas énorme, garez le à côté d’un Peugeot 3008, et vous verrez qu’ils font les mêmes dimensions.

Ioniq 5 : l’intérieur tout en sobriété

A l’intérieur, c’est radicalement opposé. C’est visuellement moins innovant et tout en sobriété. C’est un peu décevant tant l’extérieur nous a mis dans une ambiance inhabituelle. L’habitacle s’articule autour de la planche de bord flottante, intégrant 2 écrans de 12,3 pouces. La planche est aérienne, sans éléments agressifs, et favorise l’espace aux jambes. L’habitabilité est d’ailleurs le maître mot dans le Ioniq 5. Grâce à la plateforme E-GMP, le Ioniq 5 profite d’un plancher totalement plat. De fait, il n’y a plus de frontière physique entre les places gauches et droites. La console centrale coulissante permet au choix d’augmenter l’espace avant ou de servir d’espace de rangement supplémentaire. Pour finir sur l’habitabilité, le volume de chargement arrière de 527L banquette arrière en place est dans la moyenne. Il monte a 1587L une fois la banquette arrière repliée. Sur la version Htrac, le volume de chargement sous le capot avant n’est que de 24L.

Mais revenons à l’intérieur. Côté esthétique, c’est un peu frustrant. Si les matériaux sont haut de gamme (nous y reviendrons par la suite), l’aspect à l’oeil et au toucher fait très plastique standard ou imitation bas de gamme. Heureusement, les quelques touches d’aluminium ici et là apportent une touche de robustesse. Le confort d’assise n’est pas en reste avec l’intégralité des places et banquettes réglable électriquement. Cela permet de personnaliser, enregistrer et régler toutes les places indépendamment depuis l’écran central et lancer une de ses configurations favorites. Les sièges avant de la Ioniq 5 offrent également la possibilité de se mettre en position “zéro gravité” pour un moment de détente ultime. L’habitacle est très lumineux, surtout dans cet intérieur à la configuration clair Gris Biton, même sans le toit panoramique. L’impression d’espace est vraiment présente. C’est un habitacle à vivre, très agréable, que vous soyez à l’avant ou à l’arrière.

MacGyver

Si l’intérieur est visuellement moins accrocheur par rapport à l’extérieur, le Ioniq 5 cache bien son jeu. Il dispose bel et bien d’équipements à la hauteur de ses prestations. La version Project 45 de notre essai dispose tout d’abord d’un toit avec panneaux solaires intégrés. Ces derniers permettent principalement de maintenir chargée la batterie 12V. Ils permettent également de recharger, assez faiblement tout de même, la batterie haut tension. Cela permet tout de même de gagner jusqu’à 5% d’autonomie supplémentaires. Ensuite, un système de chauffage par pompe à chaleur équipe le Ioniq 5. Couplé au système classique de chauffage par résistance, le chauffage par pompe à chaleur permet de collecter la chaleur émise par certains composants comme le moteur et de la restituer dans l’habitacle. Un bon point pour optimiser l’autonomie, surtout en hiver.

Côté autonomie justement, le Ioniq 5 est équipé de la recharge ultra rapide 800V. Elle permet de recharger 80% de la batterie en 18 minutes seulement (sur les prises compatibles 350 kW). Cela permet également de gagner 100 km d’autonomie en moins de 5 minutes de charge. Cela devient très pratique et permet de régler le problème des pauses recharge interminables. Il faut cependant que la borne soit compatible, et ça, ce n’est pas toujours le cas. Pour finir sur les équipements de charge, le Ioniq 5 possède la charge bidirectionnelle. En d’autres termes, vous pouvez utiliser l’énergie stockée dans la batterie du véhicule pour alimenter d’autres équipements, via la prise 230V située dans l’habitacle ou à l’adaptateur à connecter sur la prise de charge extérieure. Vous pouvez par exemple y brancher votre aspirateur, très pratique pour y passer un coup dans l’habitacle, ou encore dépanner un autre véhicule électrique.

Ioniq 5 : des équipements avant-gardistes

A l’intérieur maintenant, l’habitacle se compose de nombreux matériaux recyclés. Les garnitures de portes sont composées de fibres de papier et peintes avec de la peinture bio composée de graines de colza et de maïs. Les sièges sont en cuir transformé avec des extraits végétaux de graines de lin et d’huile de colza, tout comme les coutures faites en fil de canne à sucre et en bouteilles en plastique. Enfin, les plastiques de planche de bord sont faits à partir de canne à sucre et les tissus à partir de laine recyclée.

Côté technologie, et bien rien de manque. Toutes les aides à la conduite du moment sont de série. Régulateur adaptatif avec lecture de panneaux, maintient dans la voie, manœuvres de dépassement semi-automatisées etc. Elles permettent également d’optimiser la consommation de la batterie. C’est le cas par exemple du freinage régénératif intelligent. En plus des niveaux manuels 0, 1, 2 et 3, un mode auto permet d’ajuster automatiquement la puissance du freinage régénératif en fonction de la vitesse, de la circulation et des données de navigation. A cela s’ajoute le mode i-Pedal qui permet l’accélération et le freinage jusqu’à l’arrêt en utilisant uniquement la pédale d’accélération.

Le conducteur peut également bénéficier du retour des caméras d’angle-morts dans le combiné d’instrumentation numérique. A chaque déclenchement de clignotant, l’angle mort du côté correspondant est automatiquement affiché sur les compteurs numériques grâce aux cameras situées sous les rétroviseurs extérieurs. C’est un peu déroutant au départ, d’autant plus qu’on ne s’attend pas forcément à y voir ce genre d’information dans le combiné numérique. Mais c’est plutôt pratique. Enfin, le conducteur peut profiter d’un affichage tête haute avec réalité augmentée. Son fonctionnement s’est d’ailleurs avéré un peu aléatoire lors de notre essai. Ce n’est pas au niveau d’une Mercedes Classe S, mais c’est un équipement qui sera sans doute mis à jour par la suite.

La routière silencieuse

Une fois sur la route, le Ioniq 5 possède deux facettes. En version 2 roues arrières motrices 125kW et 160kW, il se révèle très joueur, ou dangereux, selon comment vous aimez conduire. Sur la plus petite motorisation, le Ioniq 5 accuse également son poids. En version 4 roues motrices Htrac 224,6kW, le Ioniq 5 efface tout et offre un confort de conduite assez spectaculaire. Il y a peu de vibrations. La direction est précise et permet de bien prendre en main le gros gabarit du véhicule. Quelques bruits d’air se font ressentir à haute vitesse mais rien de bien dérangeant. Merci le double vitrage. Le silence est de mise à bord. Les longs trajets seront très bien appréciés, que vous soyez au volant ou confortablement installé à l’arrière. Le Ioniq 5 dispose de suffisamment de couple pour effectuer des relances et des dépassements en un clin d’œil.

Mais inutile de vous dire que ce n’est pas une sportive. Même si avec l’équivalent de 306 ch et 650 Nm de couple, répartis comme suit : 95 ch à l’avant et 211 ch à l’arrière, le Ioniq 5 accuse un roulis bien présent malgré son centre de gravité plutôt bas. Il faut dire que si les 306 ch emmènent sans problème les 2,2 T en marche, enchaîner les virages mets un peu à mal les suspensions et les freins. Rouler de manière dynamique mettra également à mal vos passagers. Enchaîner les accélérations vives et linéaires rendra à coup sûr malade une bonne partie de vos passagers. Sans compter que votre autonomie en pâtira…

Ioniq 5 : la concurrente sérieuse

Le Ioniq 5 est vraiment fait pour la conduite normale. En conduite normale justement, en roulant aux limitations et sans ménager particulièrement l’utilisation de la climatisation, le Ioniq 5 Htrac avec jantes 20” de notre essai permet de faire environ 350km sur un trajet composé majoritairement d’autoroute. En roulage urbain et péri-urbain, l’autonomie grimpe à 420km. C’est assez fidèle aux 430km WLTP annoncés par la fiche technique. C’est en revanche en dessous de ces concurrents VW ID.4, Skoda Enyaq ou Tesla Model Y. Equipé de jantes 19”, le Ioniq 5 permet de faire 30km supplémentaires. C’est finalement la version 73kW deux roues motrices et avec jantes 19” qui fournira la plus grande autonomie, avec 481km théoriques annoncés.

Sur les 5200km, dont 3600km d’autoroute, réalisés par le propriétaire, la moyenne de consommation s’est stabilisée à 20kWh/100km. Une autonomie et une consommation largement suffisante pour satisfaire tous ses usages. La charge rapide disponible permet de palier à l’autonomie limitée et d’effectuer de plus longs trajets. De plus, elle n’intervient pas comme une contrainte, tant le temps passé à la borne est court. Seule la disponibilité et le bon fonctionnement de ces bornes de recharge rapide peut venir dégrader l’expérience de rouler en Ioniq 5, selon lui.

La nouvelle référence électrique ?

Le Ioniq 5 est donc un produit très attrayant, au design unique, qui se démarque pour sûr de la concurrence. En revanche, méfiez vous de son gabarit qui peut surprendre. Véritable véhicule à vivre, équipé des dernières technologies embarquées, le Ioniq 5 s’impose comme la concurrente du moment. Arrivé sur le marché avant la Tesla Model Y et tandis que le Ford Mustang Mach-E est tout juste disponible, le Ioniq 5 de Hyundai entend bien imposer son style et son caractère. Fer de lance du futur de Hyundai, le Ioniq 5 annonce un avenir électrique moderne, pratique et intuitif.

Disponible à partir de 43 600€ et affiché à 55 900€ dans notre configuration Edition limitée Project 45 d’essai, le Ioniq 5 n’est pas à la portée de toutes les bourses. Cependant, il reste moins chère qu’un Ford Mustang Mach-E, Jaguar I-Pace EV320 ou un Tesla Model Y Grande Autonomie. Seules les VW ID.4 GTX et Skoda Enyaq RS iV 80 rivalisent en terme de prix, autonomie et performance. Cependant, aucun d’entre eux ne propose un style aussi unique et attirant et des équipements aussi avant-gardistes. De notre côté, le choix est fait.

Un grand merci à Christian pour le prêt de son Ioniq 5 et sa confiance durant cet essai.

Retrouvez ci-dessous la galerie de cet essai :

Texte et photos : Anthony
Rejoignez-nous sur Facebook et Instagram