Skip links

Essai Mercedes-AMG CLA 45 S Coupé : dragster high-tech

Vous avez pu lire récemment sur notre site deux essais de Mercedes compactes. D’un côté, la Classe A en version 35 AMG et ses 306ch. Bien motorisée mais sans grand frisson, elle permettait de prendre quand même du plaisir avec un bon niveau d’équipements. De l’autre côté, la CLA coupé 200 AMG Line avait le plumage AMG sans le ramage, le moteur affichant 163ch. En résultait une routière fréquentable et agréable à regarder.

Aujourd’hui, nous prenons le volant d’un savant mélange des deux. La CLA (toujours en coupé 4 portes), aussi en AMG mais en version 45 S, la plus performante des CLA. Je ne reviendrai pas sur certains points développés par Julien et Anthony dans leurs essais, pour me focaliser sur les spécificités de notre version du jour… Et il y en a ! Alors, est-elle beaucoup plus sportive que la CLA 200 ? Provoque-t-elle le grand frisson qu’il manque à l’A 35 ? C’est ce que nous allons voir. Découvrons cette Mercedes-AMG CLA 45 S 4MATIC+ Coupé… Avec un nom pareil, elle a intérêt à être au niveau !

Classe et sportive

Julien le disait dans son essai, la CLA coupé divise les opinions sur son style. De mon point de vue, cette 2ème génération est bien plus réussie que la précédente. C’est désormais une mini AMG GT 4 portes avec des accents de CLS, deux autos très réussies à mes yeux. Notre exemplaire d’essai est doté du Noir Cosmos métallisé, de quoi la rendre plus discrète que la CLA 200 rouge ? Pas vraiment.

Le noir masque quelque peu le style élancé, mais il met en valeur les superbes jantes forgées 19’’ (1700 €), la légendaire calandre Panamericana (qui reprend l’esprit de celles des 300SL de 1952) mais également les 4 sorties d’échappement qui n’émoustillent pas que les yeux. En résulte une configuration superbe, savant mélange entre la classe attendue d’une Mercedes et la sportivité espérée d’une AMG. Elle aura fait dévisser de nombreuses têtes durant notre essai !

CLA : Connectée, Luxueuse et Admirable ?

Juste avant de se glisser à bord, on s’étonne de voir à quel point la clé est cheap. Légère, en plastique brillant déjà rayé… Quand on voit ce que font certains constructeurs généralistes, c’est dommage. A croire que Mercedes pousse à cocher l’option accès et démarrage mains libres. Malgré l’accueil par des étoiles projetées par les rétroviseurs (150 €), l’impression de la clé se prolonge dedans, tant le plastique de poignée de porte est dur et peu agréable au toucher. Dommage car on est en contact avec cette partie très souvent ! On verra par la suite que les commodos et les coques des sièges ont le même aspect.

Mais tout s’oublie une fois le contact allumé. Les larges écrans s’allument et les aérateurs s’illuminent. Personnalisable selon 64 couleurs différentes, cela permet même diverses combinaisons selon l’humeur. Ça ne sert à rien fonctionnellement parlant, mais cela met en valeur l’habitacle. On se surprend à observer encore et encore tous les détails qu’il renferme. L’ensemble est ultra moderne et bien assemblé : c’est superbe.

Parfaitement installés dans les sièges baquets en cuir chauffants et ventilés (4000 €), on programme tout ce qui doit l’être au travers des innombrables menus et on peste devant l’ergonomie plutôt compliquée. Heureusement, la qualité des écrans de très haut niveau donne envie de naviguer dedans. Mais sur une sportive avec une telle fiche technique, un seul bouton nous intéresse : le bouton de démarrage !

Docile en ville, mais pleine d’options pratiques !

L’ancienne CLA revendiquait 360ch au lancement, une puissance déjà très respectable. Le restylage l’a fait passer à 381ch, mais la nouvelle version revendique carrément 420 ch ! Et toujours avec un moteur 4 cylindres 2.0L…

Cette puissance est annoncée dès le démarrage : l’échappement diffuse un son très sourd et évocateur. La position de conduite est parfaite, basse et les nombreux réglages électriques des sièges permettent de s’installer au centimètre près. Je parlais de l’ergonomie complexe à appréhender et le volant ne fait pas exception. Beaucoup trop de boutons en partie haute, tous d’une clarté relative.

Par contre, le reste du volant mérite des louanges. En Alcantara, il offre une très bonne préhension et la partie basse possède 2 écrans (!) qui servent de raccourcis. Celui de gauche est personnalisable et permet par exemple de passer du mode manuel de la boite au mode automatique, de piloter l’échappement, déconnecter l’antipatinage, activer le Stop & Start ou passer sur le mode sport des suspensions.

L’écran de droite possède une molette permettant de changer rapidement de mode de conduite. Pratique pour doubler rapidement ! L’autre avantage est que chaque mode est personnalisable : vous voulez du confort mais du son ? Aucun problème, vous pouvez avoir les suspensions souples, la boite en auto mais l’échappement grand ouvert. Malheureusement, dès que vous changez le moindre réglage un pop-up s’affiche sur l’écran central quelques secondes et vous prive des infos… Quand vous comptez sur la navigation, vous risquez de louper votre sortie !

Quelques kilomètres en ville montreront quelques à-coups (même en mode confort) et une direction un peu collante. En revanche, la suspension absorbe les ralentisseurs et plaques d’égouts avec un confort déconcertant ! J’avais encore en mémoire le confort relatif (qui a dit inexistant ?) des anciennes versions, et cette évolution est une très bonne surprise. Evidemment, les suspensions pilotées à 1200€ y jouent pour beaucoup. Le seul point noir dans ce tableau est l’avant qui racle à la moindre occasion.

On profite des arrêts aux feux rouges pour jouer avec la commande vocale du MBUX vraiment efficace (on peut même activer les sièges ventilés avec !) et on se faufile sur un filet de gaz dès le feu vert. La caméra de recul est idéale pour les créneaux : occultée derrière le logo Mercedes, c’est l’assurance d’une image toujours propre. Une vue à 360° complète l’ensemble.

Et si jamais vous ouvrez votre portière mais qu’une voiture arrive vous serez gratifiés d’un clignotement de l’éclairage d’ambiance en rouge en plus triangle dans le rétroviseur ! Bien vu.

Mercedes-AMG CLA 45 S : le dragster !

Mais au fait, ce n’est pas censé être une sportive de 420 ch ? Allez, on sort de la ville et on augmente le rythme. A la sortie de la ville on s’arrête en attendant que l’horizon se dégage. Une fois la voie libre, on met en mode Sport+, on écrase l’accélérateur et… Rien. C’est un peu exagéré, mais le démarrage est plutôt mou et on serait presque déçu ! Presque : passé 3000 tr/min le gros turbo souffle tout ce qu’il peut et nous sommes littéralement catapultés.

L’échappement est tout simplement génial, avec des grondements à l’accélération et des coups de feu à chaque passage de rapport ou chaque ralentissement. C’est jouissif ! Le moteur pousse jusqu’à la zone rouge à 7000 tr/min sans jamais vous décoller les cervicales du siège et sans jamais perdre de motricité grâce aux 4 roues motrices. Aucune rupture de charge ne sera perceptible aux passages des rapports et en mode manuel la boite ne passera jamais le rapport toute seule, vous laissant seul maitre à bord, c’est de plus en plus rare.

Pour éviter de vous faire déposer au démarrage par la moindre Clio RS (croyez-moi sur parole…), la voiture possède un Launch-Control très efficace permettant un 0 à 100 km/h en 4 secondes ! On a mal pour les deux embrayages de la boite, mais dans ces conditions vous vous assurez une place en pôle-position.

AMG : Absolument Merveilleuse et Géniale ?

Mais la Mercedes-AMG CLA 45 S n’est pas qu’un dragster, elle est aussi redoutable dans les virages. Légèrement sous-vireuse aux limites en mode normal, elle arrive à vous gratifier de belles dérives du train arrière en mode Sport+, comme une propulsion ! Et les suspensions absorbent toutes les bosses même sur le réglage le plus ferme, sans jamais rebondir et avec un niveau de confort très bon. Question de feeling personnel, je n’aime pas les palettes solidaires du volant et préfère des palettes fixes, bien plus compatibles d’une utilisation sportive, comme sur les Alfa Romeo par exemple. Tout n’est pas à revoir cependant puisqu’elles sont agréables au toucher.

Le freinage reste consistant malgré une sollicitation intensive, et lors des ré-accélérations le sifflement du turbo « à l’ancienne » est un régal. On enchaine les virages et les rapports. Et du moment que vous restez au-dessus des 3000 tr/min susmentionnés, vous aurez un véritable missile.

La période de survie de notre permis ayant déjà été largement entamée, on calme le rythme pour voir ce qu’elle donne sur l’autoroute. On active la conduite semi-autonome et on profite du silence à bord, même à 130 km/h, pour apprécier la qualité de la sono Burmester (livrée de série !). La voiture s’adapte elle-même à la vitesse détectée, parfois brutalement quand elle détecte le panneau d’une sortie. Le maintien de voie pendule un peu mais se révèle correct, sans demander de reprendre le contrôle trop souvent.

Concurrence ? Quelle concurrence ?

Vient le moment d’aborder le prix. Avec quasiment 100.000 € pour notre exemplaire d’essai ! La note est très salée même si quasi toutes les options sont cochées. Le prix de départ d’une CLA 45 S AMG est de 72.899 €.

Nous pouvons mettre en face une Audi RS 3 Berline, certes moins sculpturale et dont la nouvelle génération arrive. Mais elle peut compter sur son mélodieux 5 cylindres pour expédier le 0 à 100 km/ h en 4,1 s et un prix à partir de 64.220 €. BMW est hors-jeu avec sa M235i GranCoupé de 306ch et se retrouve en face d’une CLA 35 AMG de même puissance. Et la BMW a été élue plus belle voiture de l’année en 2020 face à la CLA justement, alors…

Un outsider pourrait être une alternative : Peugeot et sa 508 Peugeot Sport Engineered. Les rumeurs annoncent 360 ch, mais disposera de puissance électrique réputée plus coupleuse. Mais la voiture étant hybride, elle risque d’être lourde et perdre en agilité. Peugeot sera-t-il digne de sa réputation ?

Mercedes-AMG CLA 45 S : la meilleure des CLA ?

Cet essai nous aura fait découvrir une auto à deux visages. C’est souvent le cas sur les sportives modernes, mais cette Mercedes-Amg CLA 45 S l’est au plus haut niveau. Elle fait oublier sa devancière, par son style tendu et sportif, son intérieur ultra-moderne mais surtout par son confort réel.

Très polyvalente et docile à basse vitesse elle change de visage en un éclair (enfin, passé 3000 tr/min une nouvelle fois) et devient un missile sol/sol très efficace. L’habitabilité est étonnement bonne, avec un rang 2 spacieux et un coffre suffisant. Les amateurs de gros chargements opteront pour la version Shooting Brake à hayon, pour un surcoût raisonnable de 1200 €.

En attendant, cette Mercedes-AMG CLA 45 S est une auto digne de ses blasons respectifs !

Texte et photos : Romain
Rejoignez-nous sur FacebookInstagram et Twitter


Notice: ob_end_flush(): failed to send buffer of zlib output compression (0) in /home/viragesa/public_html/wp-includes/functions.php on line 4757

Notice: ob_end_flush(): failed to send buffer of zlib output compression (0) in /home/viragesa/public_html/wp-content/plugins/really-simple-ssl/class-mixed-content-fixer.php on line 110