Skip links

Essai nouvelle SEAT Leon FR : notre avis après 2000 km !

La SEAT Leon entame sa quatrième version. Anciennement Volkswagen à bas coûts, la compacte ibérique s’est vue prendre une place un peu à part sur sa précédente génération. Elle ouvrait la porte à une version tout aussi technologique que sa cousine Golf, et avec des déclinaisons très, très sympas. Ainsi, pour le millésime 2020, la nouvelle Leon reproduit la recette et sort sur la plateforme la plus avancée, en faisant le plein de technologies en tout genre ! Nous partons à la découverte de cette nouvelle venue pour plus de 2 000 km, afin de prendre en main l’ensemble des fonctionnalités proposées. Essai nouvelle SEAT Leon FR 2020 : la technologie avant tout.

Nouvelle SEAT Leon : un extérieur au look assez inégal

La voiture est belle, c’est un constat. Malheureusement, on ne peut l’identifier à SEAT au premier coup d’œil. Certes, les logos sont énormes et aiguillent le choix. Mais beaucoup de personnes dans la rue, m’ont demandé si il s’agissait d’une Mazda, d’une Focus ou simplement de quel modèle il s’agissait. Il faut dire que les lignes sont à la fois tendues et acérées d’un côté, et très molles de l’autre. Pourquoi le pli de carrosserie s’arrête-t-il entre la porte arrière et l’aile ? Pourquoi le monogramme Leon est-il si arrondi sur le coffre alors que les arrêtes sont fines ?

Nouvelle Seat Leon

Après ces quelques incompréhensions, on retrouve donc une calandre acérée et des yeux perçants. Les belles jantes en 18 pouces sont un peu classiques mais vont bien avec le Rouge Passion (de série) de notre modèle d’essai. Ce rouge a tendance à tirer vers le orange lorsqu’il est au soleil, ce qui donne l’impression de voyager en Espagne en fin d’après-midi.

Nouvelle Seat Leon

A l’intérieur, ça en jette, mais….

A l’intérieur, la première impression est réussie ! On retrouve une planche de bord avec un joli dessin ainsi qu’un très beau volant. Les sièges sont eux un peu simples, autant dans leur dessin que leur matière. Ils sont confortables mais j’aurais, à titre personnel, préféré une assise en cuir, indisponible. Notre modèle est équipé du toit ouvrant panoramique (en option à 1080 euros), qui rend l’intérieur beaucoup plus lumineux. Concernant le sélecteur de vitesses, il est issu de la dernière Golf. Si le style est là, il faudra voir à l’usage (ou plus bas dans l’article). Les boutons disparaissent en très grande partie, donnant un intérieur plutôt épuré et moderne. Ces boutons sont soit tactiles sur des surfaces lisses, soit intégrés dans l’écran central.

Par contre, dans la nouvelle Leon, il faudra aimer le plastique, et si possible le plastique dur. Il y en a absolument partout (sauf sur le haut de planche et le volant, tous les deux très agréables). La console centrale bouge un petit peu. Et la garniture du ciel de toit, autour du toit ouvrant, n’est pas des plus rigides. De plus, alors que notre voiture n’a que quelques milliers de km, la moquette du coffre est toute boulochée. C’est assez surprenant pour une moquette qui a dû voir deux ou trois fois un aspirateur… Globalement, la Leon 2020 fait moins qualitative que sa précédente version…

Nouvelle Seat Leon

En termes d’habitabilité, la nouvelle SEAT Leon est plutôt très bonne. Les sièges avant sont réglables dans tous les sens, de façon à ce que chacun trouve sa position idéale. A l’arrière, l’espace à bord est important, permettant de mettre facilement 2 adultes à bord. 3 sur de plus petits trajets. La hauteur de la garde au toit, ainsi que l’espace aux jambes, sont très appréciables ! Le coffre fait lui 380 L. Si cela suffit pour partir en week-end à quatre personnes, c’est assez limite face à la concurrence qui affiche souvent plus (435 L pour la Mégane IV, 420 L pour la Peugeot 308, mais seulement 330 L pour la Mazda 3).

Nouvelle SEAT Leon : le plein de technologies

“Mettez tout ce que vous pouvez”. C’est probablement ce qui a été dit lorsque les équipes de développement ont reçu les ordres du patron. La technologie est omniprésente à bord de la nouvelle SEAT Leon. Premièrement, les commandes tactiles ont fait leur grand déploiement. On les retrouve là où c’est possible. Que ce soit pour l’ouverture de toit ouvrant, les commandes de phares, la climatisation, etc).

Le grand écran central, 10 pouces, permet de régler et d’interagir avec moult fonctionnalités, allant de la climatisation à la navigation en passant par le multimédia et les aides à la conduite, entre autres… Il est muni d’un détecteur d’approche qui n’est pas forcément facile à appréhender. Un menu est affiché en “stand by”, et lorsque la main s’approche, le contenu change légèrement, imposant finalement de faire la majorité des réglages à l’arrêt. L’écran est divisible en trois grosses parties, afin de se créer des raccourcis (autant d’accès que d’affichage), sur les fonctionnalités de notre choix. Pour les réglages, je conseillerais de s’arrêter pour plus de sécurité.

L’éclairage est un élément majeur dans ce nouvel intérieur. Un ensemble de LED éclaire la voiture, notamment le bandeau avant. Ce dernier donne un effet “bateau” par sa forme et son implantation : on y retrouve les lignes des Riva ou de ces autres canots italiens. Cet bandeau de LED est tout simplement l’un des mieux intégrés aujourd’hui. Il ne génère absolument aucun reflet gênant dans les rétroviseurs ou le pare-brise. Il accueille d’ailleurs, et c’est une première mondiale, l’avertisseur d’angles morts, habituellement dans le rétroviseur extérieur. Si cela parait une bonne idée, il faudra s’y faire. En effet, les LED orange signalant le problème ne se situent pas dans l’axe du rétroviseur côté conducteur. Du coup, on cherche l’information dans le rétroviseur alors qu’elle se situe environ 30° devant, au niveau du montant de pare-brise.

Hola hola : dis moi ce que tu as

A la façon d’un Hey! Mercedes, SEAT a équipé sa dernière Leon d’un assistant personnel. Ce dernier se réveille par la commande Hola! Hola!. Le problème étant qu’une phrase de type “Où vas-tu là” le réveillera tout autant. Bref, ce nouvel assistant permet de rentrer une destination dans le GPS, régler la température, changer la musique / radio, ou régler le siège conducteur. Le système permet juste de dire “j’ai froid” ou “j’ai chaud”, et selon le siège où vous vous situez à l’avant, il règlera la climatisation en fonction. Le problème, le conducteur ne peut pas dire “il fait froid sur la place passager”, le chauffage montera automatiquement sur la place conducteur. Dommage. Evidemment, l’assistant personnel est voué à avoir de plus en plus de fonctions dans le futur, et on imagine très bien qu’il puisse lire votre agenda téléphonique pour prévoir la route comme un grand.

Enfin, la nouvelle SEAT Leon dispose de tout l’attirail indispensable en 2020 question aides à la conduite. On retrouve les phares adaptatifs automatiques, le régulateur prédictif, le maintien de voie prédictif, la lecture des panneaux, etc etc. Les fonctions peuvent se désactiver dans l’écran central. Cependant, il reste dommage de devoir refaire les réglages à chaque démarrage, là où la sélection du mode de conduite reste d’un démarrage à l’autre…

Au volant, on en pense quoi ?

Les modes de conduite justement, parlons-en. Ils sont au nombre de cinq : Pluie, Confort, Normal, Sport, et Individuel. Confort et Normal se partageront les phases de roulage quotidien. Je dois admettre ne pas avoir vu grande différence entre les deux. On retrouve d’ailleurs les même remarques pour ces deux modes. La direction est un peu molle et légère, et manque de ressenti. Le travail des suspensions est agréable sur route, mais un peu moins en ville, la voiture passant son temps à osciller. Enfin, la boîte de vitesses DSG à 7 rapports se montre très bonne, sauf, comme à l’accoutumée sur ces boîtes-là, dans les ronds-point. Un malheur cachant un bonheur, le mode sport corrige tous ces petites défauts ! Du coup, direction le mode individuel pour régler tout en sport, sauf la boîte, pas la peine de rouler 2 rapports en dessous en permanence.

Nouvelle Seat Leon

Le moteur est le 4 cylindres 1,5 L micro-hybridé, offrant la bagatelle de 150 ch. Il garde une consommation très correcte puisque nous sommes restés sous les 7.0 L / 100 km en montagne, en y allant un petit peu fort, à peine 6 sur autoroute, et entre 6 et 7 en ville. Pour obtenir de tels nombres, on remerciera l’alterno démarreur qui offre un Stop & Start résistant à la durée, et qui aide au démarrage, demandant ainsi moins au bloc thermique. On peut également remercier le système de roue libre, notamment couplé avec le GPS. Très discret, ce système coupe la liaison boîte de vitesses / moteur, et permet ainsi de laisse couler la voiture. C’est un des mieux gérés actuellement.

Nouvelle Seat Leon

Quelques mots sur la conduite sportive, finition FR oblige. Ne vous attendez pas à un monstre de précision, la nouvelle SEAT Leon se veut à l’image de cette nouvelle plateforme : sous vireuse. Le châssis est précis mais n’inspire pas à la conduite dynamique. Très rapidement, cela va sous virer, et avec les aides à la conduite activées brident la voiture. Heureusement, CUPRA a été créé et nous savons que les produits se transforment une fois passés par la branche sportive !

Prix de la nouvelle SEAT Leon et concurrence

La nouvelle SEAT Leon, en finition FR et équipée du moteur essence 150 ch s’offre pour 34.935 €. Commençons par les concurrentes françaises. La Peugeot 308 GT (nouveau nom de la GT Line) en Puretech 130 BVA8 à équipement équivalent s’offre elle pour 34.604 €. La Renault Mégane IV s’offre elle pour 36.200 € en 140 ch et boite EDC, à finition et technologie équivalentes, et 37.400 en 160 ch. Ces deux modèles français sont juste restylés, mais pourraient bénéficier de remises, du fait de leur âge avancé…

La Mazda 3 s’offre pour 34.780 €, mais offre 180 ch. Nous l’avons configurée avec la boîte automatique pour la comparaison mais nous vous conseillons de choisir la boîte de vitesses mécanique, plus agréable et plus adaptée au moteur. La Ford Focus ST-Line en 150 ch BVA8 s’offre pour 34.300 €, mais le site internet propose directement de descendre le prix à 30.800 €… Enfin, reste les cousines Audi A3 et Volkswagen Golf 8. La première est complètement hors budget avec l’approche des 50.000 €. La Golf 8 s’affiche elle à 41.510 €.

Notre avis

Nouvelle Seat Leon

Globalement, vous l’aurez compris, la nouvelle SEAT Leon a de très bons arguments. Et pour autant la synthèse est mitigée. Extérieurement, elle en jette, et n’a rien à envier à personne, que ce soit la concurrence externe ou interne. Elle affiche un look dynamique, notamment à l’avant. Mécaniquement parlant, la finition FR reste une finition.Et pour ce qui est de la sportivité, il faudra attendre la version CUPRA. Le confort est tout à fait correct, même bon, la finition intérieure pourra être un frein pour celles et ceux qui y font attention. Enfin, la nouvelle Leon est une bombe technologique, mettant à mal la concurrence ! Ne l’oubliez pas dans votre choix !

Retrouvez l’ensemble des photos réalisées pendant l’essai ci-dessous :

Texte et photos : Antoine
Rejoignez-nous sur Facebook et Instagram