Skip links

Essai Abarth 595 : 11 ans plus tard, que vaut elle ?

Sortie en 2007, la 500 est le modèle phare de Fiat et inonde les routes depuis 12 ans. Commercialisée en version Fiat 500 Abarth en 2008, sa déclinaison sportive s’appelle désormais Abarth 595. Onze années après sa sortie, nous nous sommes demandés si le rapport prix / fun / prestations était toujours au rendez-vous, et si la voiture avait encore ses chances sur un marché en perpétuelle évolution. Nous sommes donc partis essayer la plus petite des sportives actuelles : l’Abarth 595.

Abarth 595 : la bouille toute ronde

Extérieurement, cette Abarth 595 reprend de très nombreux éléments de sa petite sœur Fiat 500, notamment une grosse partie de la carrosserie. Mais pour donner un look encore plus attachant à la voiture, Abarth l’a affublée de pare-chocs spécifiques, de bas de caisses au design plus sportifs et d’un becquet. Pour compléter l’ensemble, des stickers Abarth rouge sont posés en bas de porte et les coques de rétroviseurs sont peintes de la même teinte et permettent de mettre en avant la teinte de carrosserie optionnelle Gris Campovolo (550€). Quatre belles jantes 17’’ nommées Touring (500€) viennent accentuer le look bombinette, s’il fallait encore.

Intérieurement, le traitement est assez similaire. Il y a peu de différence entre la Fiat et l’Abarth mais pour le côté sportif, vous trouverez des sièges de type baquets siglés Abarth avec des œillets, à la manière d’une Ford GT40, un volant sport à méplat siglé du Scorpion et un pédalier alu. Les changements sont minimes mais efficaces, permettant de maintenant le prix de la voiture à un niveau correct. Notre modèle d’essai est équipé de quelques options comme le Pack + comprenant toit ouvrant, le radar de recul et la climatisation automatique (900€) ainsi que le uConnect 5’’ Radio Nav (350€). Concernant ce uConnect, la première impression a été mitigé. C’est tout de même assez drôle, au premier abord, de payer une option pour avoir un écran intégré plus petit que de nombreux écrans de téléphones actuels, d’autant plus que le compteur est lui un écran de 7’’. Mais après vérification sur le site d’Abarth, on découvre que notre modèle d’essai est de 2018, et que les nouvelles 595 sont équipées de série d’un écran 7’’ en partie centrale, sauvé ! Pour un modèle similaire au notre, comptez un peu plus de 22.000€ (le modèle de base commençant à 19.990€).

Un petit karting ?

Avec ses roues aux 4 coins et son moteur 1.4 T-Jet de 145ch et 206Nm de couple pour un poids de 1035kg, elle a en effet tout d’un petit karting. On s’installe dans le siège et la… première déception ! Il est impossible de régler la hauteur de celui-ci et la position de conduite est vraiment haute pour mon 1m83. Passons sur ce “détail” et allons nous balader. Malgré les jantes 17’’ et les pneus de type taille basse, je reste assez étonné par le confort de la voiture qui est raide sans être trop tape cul. Sur les routes de campagne, il faut tenir le volant car la voiture à tendance à sautiller sur la moindre bosse et à chercher sa route lors des accélérations. Les versions plus puissantes proposent des suspensions Koni ainsi qu’un autobloquant, ce n’est pas du luxe. Il faut également faire attention au freinage car avec l’empattement très court, il est assez courant de sentir l’arrière vouloir passer devant. En ville, l’Abarth 595 sait se faufiler partout grâce sa taille réduite mais attention aux manœuvres, le rayon de braquage est immense et ne facilite pas le parking. En centre-ville, le son roque de la ligne d’échappement fera tourner des têtes sur votre passage, mais il est dommage que celui-ci ne soit pas mieux transmis dans l’habitacle pour en profiter un peu plus.

On a cherché, on ne lui a trouvé aucune autre concurrente, à part la Suzuki Swift Sport (dont l’essai est à retrouver bientôt sur le site). En comparaison, l’Abarth est rageuse bien que sa puissance ne soit pas très élevée, le poids aidant beaucoup sur la 595. En effet, sa légèreté joue également sur la consommation qui reste très contenue même à rythme soutenu (à peine 8l/100 km sur 550 km). Pour faire mon râleur, je dirais que la voiture manque tout de même cruellement d’équipement moderne ! Oubliez les rétroviseurs électrochromatiques, le régulateur de vitesse ou même l’allumage automatique des phares. Sur notre modèle 2018 tout ceci n’existe pas ! De même, j’ai été très étonné de trouver une boite de vitesses à 5 rapports uniquement. Heureusement pour elle, celle-ci est bien étagée et placée de manière optimum dans l’habitacle à la manière d’une Honda Civic Type R, la puissance en moins.

Essai Abarth 595

Attachante ou attachiante ?

C’est dur de donner un avis réellement tranché sur cette auto. Son look fait des ravages et fait encore le job plus de 11 ans après sa mise sur la marché. Mais l’Abarth 595 souffre d’un réel manque de mises à jour dans le châssis et au niveau des équipements, qui sont tous les deux dépassés. Pour une personne voulant une sportive à petit prix, c’est un choix très judicieux mais sur circuit, elle sera un peu light (du moins dans la configuration d’essai). Pour résumer la voiture en quelques mots, nous dirons tout de même qu’elle offre un des meilleurs rapport prix/fun du marché… alors nous allons voter pour le côté attachant.

Retrouvez l’ensemble des photos réalisées à l’occasion de l’essai dans la galerie ci-dessous :

Texte et photos : Julien Huet pour Virages Auto