Skip links

Essai Alfa Romeo 147 GTAm : Enfin sportive ?

Quand on parle d’Alfa Romeo 147 GTA, on pense évidemment au fantastique V6 Busso, et à sa voix d’opéra ! Mais avec la 147 GTA, ce n’est pas vraiment la conduite sportive qui déclenchait l’achat. Lorsque Maxence a acheté sa 147 GTA il y a un peu plus d’un an, il voulait avant tout la refaire, à neuf. De fil en aiguille est née l’idée de la transformer en version Club Sport. Et puis tout a basculé au cours de l’année 2020, quand Alfa Romeo a présenté la fantastique Giulia GTAm. L’idée de Maxence est alors partie encore plus loin. Il a donc réalisé sa 147 GTAm, en la faisant aussi propre et aussi bien finie que si elle était sortie d’usine. Alfa Romeo 147 GTAm : Enfin sportive ?

Alfa Romeo 147 GTAm

Un look plus radical !

Esthétiquement, il y a quelques éléments qui sautent aux yeux. Premièrement, la voiture a presque vingt ans mais semble neuve. Entièrement neuve. La peinture est neuve, tout comme les jantes qui ont été refaites. Ensuite, le capot carbone saute lui aussi au nez, mais également l’aileron arrière, en carbone lui aussi. La face avant voit la calandre changée pour un exemplaire en nid d’abeille noir, lui offrant l’agressivité qui manquait légèrement à la voiture d’origine. Mais, ce n’est pas la seule chose qui a changé. Le pare-chocs s’est vu greffé de deux sorties d’air, en carbone. C’est tout simplement incroyable à quel point elles s’intègrent bien. Elles ne sont pas simplement jolies puisqu’elle servent à évacuer l’air des radiateurs d’huile.

Alfa Romeo 147 GTAm

Sur le profil, les jantes, en 17 pouces, sont entièrement refaites à neuf. Elles sont peintes en gris anthracite et polies sur les bords. Les centres de roues sont polis et revernis, pour subtilement ressortir. Elles cachent des étriers de freins peints en verts (couleur que l’on retrouvera un peu partout). De même, les trains roulants sont entièrement refaits et partiellement peints en vert. Le stickers latéral noir me semblait bizarre en photo. Cependant, il rend plutôt bien une fois que je me trouve devant la voiture. Les rétroviseurs sont vernis de couleur sombre, comme les poignées de portes. Si cela paraît noir au premier regard, cela offre de subtils reflets au soleil. L’arrière ramassé se montre encore plus trapu avec l’aileron. Ce dernier est inspiré de ceux utilisés sur les 147 GTA Cup. Il est légèrement plus large que ceux des Cup, et il se règle sur trois positions. La sortie d’échappement est modifiée mais se montre fort discrète, d’un point de vue style. Pour le son, ce sera une autre paire de manches.

Alfa Romeo 147 GTAm : intérieur Club Sport !

A l’intérieur, la compacte italienne s’allège et suit un régime drastique. Le volant change pour un modèle entièrement en Alcantara, fort tulipé. Les surpiqures sont vertes, évidemment, de même que le rappel du point milieu. Les sièges laissent leur place à des baquets Recaro Pole Position, au confort d’assise assez impressionnant. Un pommeau de vitesse sur mesure était en fabrication pendant notre essai, donc celui-ci n’a pas encore changé sur les photos. En voiture utilisable quotidiennement, l’Alfa Romeo 147 GTAm dispose de la climatisation et d’un poste de radio. Les contre portes ont été refaits, également en Alcantara. Ils gardent les bourrelets typiques des 147 GTA, pas question de lui retirer ça. D’un point de vue personnel, j’aurais ajouté les poignées en tissus (vert) façon Porsche Cayman GT4.

Alfa Romeo 147 GTAm

A l’arrière, la démarcation est plus forte. Exit la banquette arrière, place à un arceau multipoints ! Vous vous doutez bien de la couleur de l’arceau… Les contre portes arrière ont été mis à nu puis terminé de façon à vider la voiture au maximum. Le caisson de basse s’en va, comme le chargeur CD. Une nouvelle moquette de coffre a été réalisée sur mesure et s’équipe d’un filet de chargement fort pratique. L’ensemble est vraiment très bien fini et on retrouve, de ce côté-là, un aspect Club Sport. On est vraiment dans la même veine que les Renault Megane R.S. Trophy R, les Mini GP, ou la fantastique Peugeot 308 RC by Factory.

Alfa Romeo 147 GTAm

Les modifications mécaniques

Tour de clé, le V6 démarre bruyamment et se cale sur un ralenti rauque. En ce froid matin d’hiver, j’ai réellement l’impression d’avoir démarré une voiture de course. Il est difficile de vous exprimer à quel point, en ces temps de confinements et de voitures électriques, il est plaisant d’entendre un tel moteur ! Le moteur d’ailleurs, parlons-en avant de démarrer. Cubant 3,2 litres, il développe 250 ch à 6.200 tr/min et 300 Nm de couple à 4.800 tr/min. Il est issu du mythique 2.5 Busso, qui date de… 1979. Bien retravaillé évidemment au fur et à mesure du temps, il fait partie des moteurs les plus emblématiques qu’il soit. Développé par Giuseppe Busso, il mettait notamment en avant des doubles arbres à cames en tête, et offrait 2 soupapes par cylindres à l’origine. Il a survécu au temps et aux règlementations, en proposant des cylindrées allant de 2.0 à 3.2 et en adoptant très vite l’injection directe et quatre soupapes par cylindres.

Alfa Romeo 147 GTAm

Et vous l’aurez compris, ce moteur ronfle bien au ralenti ! Embrayage, première, et c’est parti. La direction remonte dès les basses vitesses toutes les données de la route. On se sent vite en confiance. Malgré son look incroyable issu d’un circuit, il est possible de conduire cette voiture à basse vitesse. Le confort reste présent, malgré les amortisseurs KW réglables montés lors de la restauration. Je profite du couple disponible et de la boîte de vitesses au maniement agréable pour ne pas trop monter dans les tours. Il y a une raison simple, au-delà de 2600 tr/min, ça devient déjà très bruyant. Et rouler à vitesse constante dans un tel vacarme, c’est compliqué. Cependant, comme cela se dit, cette voiture n’a pas été conçue pour enfiler des perles.

Alfa Romeo 147 GTAm : tenue de route absolument parfaite !

En accélérant, le V6 se met à gueuler un peu plus (‘chanter’ n’est plus adapté), et libère progressivement les 250 ch ! En ligne droite ou même en sortie de courbe, la puissance passe au sol malgré les températures négatives. On peut largement remercier le différentiel Quaife qui a été ajouté. Il n’est pas présent d’origine et il faut dire que ça transforme la voiture. Les suspensions se montrent à la fois étonnement rigides et rendent la voiture étonnement confortable. Elles travaillent de façon à rapidement stopper les mouvements de caisses tout en préservant le confort. Après une journée à bord, aucun mal de dos à l’arrivée. On est très loin du “confort” des Abarth 695 Biposto ou Toyota Yaris GR ! Bien que non modifié, ce V6 délivre une puissance largement suffisante pour nos routes et législations françaises. Rapidement, on se sent pris d’une envie d’engager cette voiture sur une spéciale de rallye.

Alfa Romeo 147 GTAm

On fait corps avec la voiture. Le volant en Alcantara se prend en main parfaitement et offre un bon grip. Les deux baquets permettent de ne faire qu’un avec la voiture. Ces assises sont souvent citées comme référence dans le monde des baquets, et je dois bien leur reconnaître qu’elles sont très agréables ! Ils offrent un très bon compromis entre le confort et le maintien. Cela faisait longtemps que je n’avais pas fait 1 avec une voiture, ce qui montre à quel point cette 147 GTAm est spéciale ! Cela me rappelle véritablement les compactes ciblées à l’origine du projet, et côté conduite, c’est donc réussi ! Lorsque l’on fait entrer la voiture dans une courbe, on la sent très incisive. Sans aucune hésitation, la 147 attaque la courbe et le train avant se montre réellement irréprochable. Les suspensions travaillent bien et réduise le roulis au seul au strict minimum. C’est un véritable plaisir !

Alfa Romeo 147 GTAm

En bref

Il est difficile de faire une conclusion sur un essai si court. Cependant, l’esprit Club Sport voulu par Maxence au début du projet est réellement atteint. Le look se différencie suffisamment d’une 147 GTA de série, sans rentrer dans le tuning de mauvais goût. Les choix de modifications ont été fait en grande cohérence, tout en conservant un aspect le plus propre possible. Très clairement, si je ne savais pas que c’est une construction individuelle, je pourrais très largement penser que ce fut une édition limitée. Seule la ligne est un peu trop brutale pour nous.

Retrouvez l’ensemble des vidéos montrant la restauration et la préparation sur cette chaine Youtube. Pour ce qui est du son et du ressenti du propriétaire, on vous invite à visionner la vidéo ci-dessous.

Retrouvez l’ensemble des photos réalisées pendant l’essai dans la galerie ci dessous :

Textes et photos : Antoine
Rejoignez-nous sur Facebook et Instagram


Notice: ob_end_flush(): failed to send buffer of zlib output compression (0) in /home/viragesa/public_html/wp-includes/functions.php on line 4757

Notice: ob_end_flush(): failed to send buffer of zlib output compression (0) in /home/viragesa/public_html/wp-content/plugins/really-simple-ssl/class-mixed-content-fixer.php on line 110